Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a vanté jeudi la "libre entreprise" américaine face aux opportunités économiques chinoises lors d'un déplacement au Surinam, pays d'Amérique du Sud où les découvertes pétrolières attisent les convoitises."Aucune entreprise appartenant à l'Etat ne peut rivaliser avec la qualité des produits et des services proposés par les entreprises américaines privées", a déclaré M. Pompeo à la presse après une rencontre avec le président du Surinam, Chan Santokhi, élu en juillet par le Parlement de ce pays frontalier de la Guyane française. "Nous sommes à un moment charnière du développement économique du Surinam", a encore dit Mike Pompeo. "Les Etats-Unis sont disposés à y participer en s'assurant qu'il se fasse de manière durable et qu'il bénéficie à tous et rapproche nos pays". Le potentiel économique du Surinam repose largement sur le secteur pétrolier et le pays est à la recherche d'investisseurs étrangers. L'américain ExxonMobil est présent, tout comme des entreprises chinoises. "Nous avons vu comment le Parti communiste chinois investissait à l'étranger. Tout a l'air de bien se passer en surface, puis cela s'effondre dès que les coûts politiques sont apparents", a martelé le chef de la diplomatie américaine, selon lequel la "libre entreprise" permet d'"améliorer la vie de tous". Cette étape à Paramaribo, la capitale du Surinam, était la première d'un voyage de trois jours qui doit ensuite mener Mike Pompeo au Guyana, en Colombie et au Brésil, pays où il compte se rendre dans une région frontalière avec le Venezuela afin d'y dénoncer le pouvoir chaviste du président Nicolas Maduro que les Etats-Unis ne reconnaissent pas. (Belga)