Felipe Avenatti et Obbi Oularé ont été écartés du noyau A du Standard de Liège. Lundi, lors de sa présentation en tant qu'entraîneur principal, Mbaye Leye a expliqué qu'il s'agissait d'une "décision collégiale". Le directeur général Alexandre Grosjean souligne que le club a la 16e attaque du championnat : "c'est assez interpellant"."C'est une décision collégiale", a indiqué Leye. "Nous sommes dans un contexte où toutes les décisions qui vont être prises le seront pour que le Standard redevienne le Standard. Et forcément, il y aura des dommages collatéraux. Je pense que dans l'état d'esprit du Standard de Liège, quand vous recrutez un joueur, vous attendez de ce joueur-là qu'il soit à un certain niveau, surtout quand ce joueur est là depuis longtemps. Et dans ce sens-là, il faut adhérer à cette décision et l'accepter. L'idée c'est, que ce soit Felipe ou Obbi, qu'ils trouvent leur bonheur quelque part." "C'est très difficile à gérer pour un joueur", reconnaît Leye. "Dans ce sens-là, il faut toujours trouver une solution le plus vite possible pour que le joueur puisse faire son boulot et jouer à son niveau et le club puisse être content des joueurs à sa disposition." "La motivation, elle s'explique par le rendement qu'un joueur peut apporter à son club", a ajouté Alexandre Grosjean. "On se positionne à la 16e place du classement de la meilleure attaque (22 buts marqués en 19 matchs, ndlr), c'est assez interpellant. On sait qu'on a des points forts, on a notamment la 2e meilleure défense (21 buts encaissés), et on sait qu'on a des points d'attention, et cela en fait partie. Lorsqu'on tire les conclusions, on doit prendre les mesures qui s'imposent. Il faut être attentif et profiter du mercato pour recruter un attaquant qui puisse répondre à nos attentes, mais on ne peut pas gérer un club en conservant cinq attaquants. Il faut prendre des décisions avant tout dans l'intérêt du club et dans une perspective d'amélioration des résultats." (Belga)