Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, et le commissaire européen Valdis Dombrovskis ont confirmé lundi que l'UE travaille à l'imposition de taxes douanières sur un certain nombre de produits américains, en représailles aux sanctions outre-Atlantique pour les aides publiques à l'avionneur européen Airbus. L'Europe reste cependant désireuse d'une "solution négociée" et ouverte à la discussion. "Nous sommes prêts à suspendre nos taxes à n'importe quel moment, dès que les États-Unis sont prêts à suspendre les leurs", ajoute Valdis Dombrovskis. Le ministre allemand et le commissaire s'exprimaient avant une réunion virtuelle des ministres des 27 consacrée au commerce. Le dossier Airbus/Boeing fait partie des sujets sur la table, dans le cadre plus large des relations commerciales avec les États-Unis. Les deux parties s'accusent mutuellement d'aides publiques indues aux constructeurs aéronautiques Boeing (côté américain) et Airbus (côté européen). Le conflit dure depuis une quinzaine d'années. L'an dernier, l'OMC (Organisation mondiale du commerce) a validé l'imposition de taxes douanières américaines sur des produits UE, comme sanction dans le dossier Airbus. Les taxes douanières punitives américaines ne concernent pas que les avions d'Airbus. Des produits comme le vin, le whisky, le fromage, sont aussi désormais bien plus chers à importer aux États-Unis depuis l'Europe. Le mois dernier, l'OMC a autorisé des sanctions dans l'autre sens, validant le principe de taxes européennes pour contrebalancer les aides américaines à Boeing. Bruxelles pourra imposer des sanctions sur un montant maximum de près de 4 milliards de dollars de biens américains importés chaque année. "Maintenant que l'on a une décision de l'OMC sur Boeing, nous avons la possibilité d'imposer des 'tarifs', et c'est ce que nous faisons", a résumé lundi Valdis Dombrovskis. (Belga)