Le président brésilien Jair Bolsonaro a annulé mercredi soir un décret qui interdisait la plantation de canne à sucre en Amazonie et au Pantanal, en dépit des critiques des écologistes pour qui cette culture menace la biodiversité de ces régions. Ce décret datant de 2009 était considéré comme obsolète par le gouvernement du président d'extrême droite. La canne à sucre, dont le Brésil est le premier producteur mondial, est utilisé entre autres pour la production d'éthanol, qui sert de carburant à de nombreux véhicules. Mais le décret annulé mercredi permettait justement "que les exportations brésiliennes d'éthanol ne soient pas sous le coup de restrictions internationales" de la part de pays ne voulant pas importer de produits liés à la déforestation, a fait valoir le collectif d'ONG locales Observatorio do Clima. "Le gouvernement expose des écosystèmes fragiles à l'expansion prédatrice et injustifiée économiquement de la canne à sucre et entache l'image durable construite autour de l'éthanol brésilien", ajoute ce collectif. Contacté par l'AFP, le ministère de l'Agriculture du Brésil a nié que l'annulation du décret représente une menace à la préservation de l'Amazonie et du Pantanal.Le ministère a réitéré que le texte était obsolète, affirmant que d'autres lois plus récentes assuraient la préservation de l'environnement dans ces régions et que les plantations ne pourraient pas être faites dans des zones protégées. (Belga)