Diego Maradona, décédé mercredi à l'âge de 60 ans, est l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du football. Génie sur le terrain, il a sombré dans la drogue et l'alcool en dehors, connaissant plusieurs graves ennuis de santé. 'El Pibe de Oro', le 'Gamin en Or', est considéré comme un dieu en Argentine et à Naples, pays et club qu'il a menés au sommet.Diego Maradona avait douze ans lorsqu'à une télé venue l'interviewer, il déclare: "J'ai deux rêves, disputer une Coupe du monde, et la remporter avec l'Argentine". Il fera bien plus que ça, au point de devenir l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du football, avec Pelé. Talent précoce, il début en équipe première d'Argentinos Juniors avant ses seize ans, en 1976. Quelques mois plus tard, il est déjà appelé en équipe nationale argentine. Le sélectionneur César Luis Menotti ne le sélectionnera cependant pas pour le Mondial 1978, remporté par l'Argentine. En 1981, il quitte Argentinos Juniors pour Boca Juniors. Il restera un an chez lex 'Xeneize' avant de débarquer en Europe, à Barcelone. Entre-temps, il participe au Mondial 1982. Ses débuts en Coupe du monde sont ratés: l'Argentine est éliminée au deuxième tour, jouée sous la forme de groupes de trois, et Maradona est exclu contre le Brésil. Son passage à Barcelone est chahuté. En cause notamment une blessure à la cheville, provoquée par le joueur de l'Athletic Bilbao Andoni Goikoetxea. Lors des retrouvailles entre les deux hommes, en finale de la Coupe du Roi, une bagarre générale éclate. Maradona quitte l'Espagne avec une Coupe du Roi remportée en 1983 et 38 buts inscrits en 58 matchs. C'est à Naples, où il signe en 1984, que le 'Pibe de Oro' va véritablement consruire sa légende. En sept ans, il va mener le club napolitain à deux titres de champion d'Italie, les seuls de son histoire, à une victoire en Coupe d'Italie (1987) et à la conquête de la Coupe de l'UEFA 1987, seul trophée européen au palmarès du club. En 1986, il emmène, en tant que capitaine, l'Argentine vers le titre mondial. Un match en particulier restera dans l'histoire, le quart de finale contre l'Angleterre où il inscrit deux buts légendaires. D'abord, un but de la main. "La main de Dieu", dira-t-il après la rencontre. Puis un chef d'oeuvre, après avoir dribblé toute la défense anglaise. En demi-finale, il réalisera un nouveau doublé, contre la Belgique. Un extérieur du pied pour devancer la sortie de Pfaff suivie par une promenade dans la défense belge. En finale, l'Argentine bat l'Allemagne 3-2. Quatre ans plus tard, les deux équipes se retrouvent à nouveau au dernier stade de l'épreuve, en Italie, avec une victoire 1-0 des Allemands. Le déclin de Maradona commence à la suite d'un contrôle positif à la cocaïne en mars 1991. Il quitte Naples en 1992 pour le FC Séville. Il jouera ensuite aux Newell's Old Boys (1993-1995) puis à nouveau à Boca Juniors (1995-1997). Au niveau international, il quittera la scène en pleine Coupe du monde 1994. Une sortie à l'image de sa vie: un but magnifique contre la Grèce, suivi d'un nouveau contrôle positif, à l'éphédrine cette fois. Loin des stades, la déchéance va s'accélérer. En 2000, il est hospitalisé à Punta del Este, célèbre station balnéaire d'Uruguay, pour une crise cardiaque liée à la drogue. Il s'en sort et part à Cuba en cure de désintoxication. Quatre ans d'allers et retours entre l'Argentine et sa seconde patrie ne réussiront pas à le guérir durablement de sa dépendance à la cocaïne. En 2004, il frôle la mort après un accident cardiovasculaire à l'issue duquel il repart à La Havane. L'année suivante, il subit à Bogota une opération chirurgicale destinée à réduire la capacité d'absorption de son estomac pour lutter contre l'obésité, ce qui lui permet de perdre près de 50 kilos. L'Argentine veut à nouveau y croire. Fin 2005, charmeur et en forme, il bat des records d'audience avec son émission télévisée "La nuit du 10" où il invite notamment son grand rival Pelé. Pourtant, Diego se met à boire, grossit, fume et rechute dans une crise hépathique qui le ramène à l'hôpital en 2007. Une fois encore, il s'en sort et reprend du service. Nommé sélectionneur de l'équipe d'Argentine en 2008, il est écarté deux ans plus tard pour mauvais résultats et une gifle en quarts du mondial sud-africain contre l'Allemagne (4-0). Par la suite, il entraînera deux clubs émiratis avant de s'engager en tant que président du club bélarusse du Dinamo Brest (D1) en 2018. La même année, il devient entraîneur des Dorados de Sinaloa (D2 mexicaine) avant d'en claquer la porte avec fracas huit mois plus tard à cause d'un pénalty non sifflé pour son club. Maradona dans toute sa splendeur... Depuis 2019, il entraînait Gimnasia La Plata, qu'il avait réussi à maintenir en première division argentine. Quelques jours après son 60e anniversaire (le 30 octobre), Maradona avait été hospitalisé pour de l'anémie et de la déshydratation le 2 novembre à La Plata, une ville située à 60 km de Buenos Aires et dont il entraîne le club local. Un scanner avait alors révélé la présence d'un hématome sous-dural, une poche de sang formée sous la boîte crânienne. Cela avait entraîné son transfert dans une clinique privée d'Olivos où il a été opéré le lendemain avec succès. Il est décédé mercredi des suites d'un arrêt cardiaque. (Belga)