Les communes de Bruges et Knokke-Heist vont contrôler l'affluence des badauds après la fermeture des magasins non essentiels aux Pays-Bas, ont indiqué les deux communes lundi. La police et des stewards urbains vont contrôler l'affluence dans les rues commerçantes. S'il y a trop de monde, les villes pourront fermer les voies d'accès.Alors que les magasins non essentiels sont fermés aux Pays-Bas, les communes frontalières s'attendent à un afflux de Néerlandais. "Tout comme les Belges, les Néerlandais voudront faire leurs achats de Noël. Comme nous ne sommes pas loin de la frontière, il faut s'attendre à la venue de gens des Pays-Bas. Il faudra être vigilants", souligne le bourgmestre de Bruges, Dirk De fauw. Même son de cloche à Knokke-Heist. "La police et les stewards géreront la circulation dans les rues commerçantes. Nous avons un bon réseau de caméras pour tout surveiller. Nous ne pouvons pas fermer les frontières ou effectuer des contrôles aux frontières. Nous nous concentrons donc principalement sur le contrôle des foules. Dans le pire des cas, nous devrions fermer les voies d'accès et détourner le trafic", a déclaré le premier échevin de Knokke-Heist, Piet De Groote. Knokke-Heist veut également décourager les Néerlandais de traverser la frontière. La commune consultera également le maire de Sluis, juste de l'autre côté. (Belga)