Un accord devrait intervenir au cours du sommet européen de ces jeudi et vendredi pour sortir du blocage provoqué par la Pologne et la Hongrie sur le prochain budget à long terme de l'UE et son plan de relance post-coronavirus. Il devrait essentiellement passer par une réaffirmation du fait que le nouveau mécanisme liant financements européens et respect de l'Etat de droit est uniquement destiné à protéger les intérêts financiers de l'UE, indique une source européenne.Les contacts intenses de ces derniers jours entre Varsovie, Budapest et Berlin (présidence tournante de l'UE) ont porté leurs fruits, même si l'accord doit encore être confirmé. "Nous pensons qu'il y aura un happy end", indique une source diplomatique à la veille du sommet. Le président polonais Andrzej Duda lui-même a indiqué qu'un "accord préliminaire" a été esquissé sur le budget européen. Selon la source, "on ne changera rien aux accords" dégagés entre négociateurs du Parlement européen et du Conseil sur le budget 2021-2027 de l'UE, ni même sur le mécanisme liant financements et Etat de droit. Mais on devrait réaffirmer et clarifier que ce mécanisme ne vise pas spécifiquement à sanctionner les violations des principes de l'Etat de droit, pour lesquelles l'UE est déjà équipée, mais bien à agir uniquement en cas de menace des intérêts financiers de l'Union. La Commission, qui est à la manœuvre dans cette nouvelle procédure, va établir une sorte de guide pratique spécifique. Mais pour cela, elle va d'abord attendre la conclusion d'un éventuel recours d'un Etat membre devant la Cour de Justice de l'Union européenne contre le nouveau mécanisme, entend-on mercredi. (Belga)