La Fédération du commerce ambulant se dit mercredi "très dubitative" quant à l'autorisation de rouvrir dès lundi les marchés de maximum 50 échoppes alimentaires, indique son président, Léonard Monami. "Les bourgmestres vont devoir revoir tout leur système de marchés." De plus, "seuls les marchés dans les campagnes pourront rouvrir", sauf réorganisation totale, puisque ceux des villes comptent bien plus que 50 stands. "Anvers, la Batte à Liège (350 vendeurs), ... on oublie! " Alors que l'objectif des marchés est aussi de donner accès au circuit court aux habitants des villes, pointe Léonard Monami. "Comment les petits marchands volants, qui ont commencé l'année passée et qui ne sont pas encore abonnés, vont-ils faire pour rembourser leur crédit pour l'achat de matériel, etc.", s'interroge la fédération du commerce ambulant. Celle-ci avait demandé à ce que les marchés puissent à nouveau être organisés avec jusqu'à 100 vendeurs. Une organisation qui prévoirait notamment qu'un stand soit présent une semaine sur deux, par exemple, poserait des problèmes de gestion des stocks pour les produits frais comme la viande, les légumes, le poisson. "Les gens ne voudront pas acheter des fruits et des légumes qui traînent depuis 10 jours dans un camion." Le secteur est par contre d'accord avec la nécessité de mesures telles que du gel hydroalcoolique, le port du masque, ... Ces dernières faisaient partie de ses recommandations en vue d'une réouverture, tout comme, entre autres, éventuellement étendre les horaires, un sens de circulation unique, le service à l'aide de pinces ou un système de précommande. (Belga)