Le président du Conseil européen réunissant les 27 membres de l'Union européenne, Charles Michel, a proposé jeudi d'élaborer un "traité international sur les pandémies", sans donner d'échéance, lors d'un sommet virtuel sur le Covid-19 organisé par l'Assemblée générale de l'ONU."Le nombre des épidémies s'est multiplié ces dernières décennies" et "nous avons été pris au dépourvu" avec le virus du Covid-19, a-t-il relevé. "Il y a donc une forme d'échec, et il faudra en tirer les conséquences et les leçons", a-t-il demandé. Dans le même temps, "le succès en matière de vaccins est le résultat de la mobilisation et de la solidarité internationale", a poursuivi Charles Michel. "Face aux futures pandémies, il faut maintenant pérenniser cette approche, en structurant notre capacité collective à anticiper, préparer et gérer ce type de crises. Je propose que nous le fassions par la voie d'un traité international sur les pandémies", a-t-il dit. Selon lui, un tel traité "devrait s'inscrire dans le cadre de l'Organisation mondiale de la Santé" et avoir pour objectif "de faire mieux dans tous les domaines où nous avons constaté que nous avions intérêt à renforcer la coopération". Le responsable européen a notamment cité un meilleur contrôle des risques, un développement des connaissances et "la surveillance de l'apparition de maladies infectieuses animales, dont la transmission à l'homme constitue le risque épidémiologique majeur". Un traité permettrait aussi de "mieux financer et coordonner la recherche", de "mieux alerter et partager l'information" et d'"améliorer l'accès aux soins", a aussi estimé le président du Conseil européen. "Il faut viser à garantir l'accès aux vaccins, soins et tests pour les pandémies futures" et "ceci mérite d'être confirmé par un traité", a-t-il souligné. (Belga)