La cour d'assises spéciale de Paris, qui a commencé à rendre son verdict mercredi après-midi au procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, a écarté la qualification terroriste pour six des onze accusés présents.Dès le début de la lecture du délibéré, le président Régis de Jorna a indiqué que les cinq magistrats qui composent la cour avaient écarté la qualification de crime terroriste pour six des onze accusés présents, ainsi que l'avait demandé leur défense en dénonçant un dossier vide de preuves. Cette qualification a toutefois été retenue pour le principal accusé, Ali Riza Polat, qui a été déclaré coupable de "complicité" des crimes "terroristes" commis par les frères Saïd et Chérif Kouachi et Amédy Coulibaly. L'avocat général a requis contre lui la réclusion criminelle à perpétuité. A la reprise de l'audience, les accusés, encadrés de nombreux policiers, sont apparus tendus derrière leurs deux box vitrés. De nombreuses parties civiles ont garni les bancs de la salle d'audience pour la lecture de ce verdict historique. Parmi elles des proches des victimes des attaques, l'ex-otage de l'Hyper Cacher Lassana Bathily, des survivants du massacre à Charlie Hebdo, son directeur de la rédaction Riss, Sigolène Vinson et Simon Fieschi. Dans un éditorial publié mercredi, le responsable du journal satirique a estimé qu'une fois la décision de la justice rendue, "le cycle de la violence (...) se sera enfin refermé, au moins sur le plan pénal car, humainement, les répercussions ne s'effaceront jamais". Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont exhorté la cour à ne pas chercher "coûte que coûte" des coupables pour pallier l'absence des frères Saïd et Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly. L'accusation a demandé de son côté des condamnations "à la hauteur de l'extrême gravité des faits". (Belga)