Les exportations depuis les ports britanniques vers l'Union européenne ont chuté de 68% en janvier par rapport à la même période l'année précédente, a affirmé l'Association des transporteurs routiers (RHA), qui y voit l'effet conjoint du Brexit et de la pandémie de coronavirus.C'est dans une lettre adressée le 1er février au ministre Michael Gove, à laquelle l'hebdomadaire britannique The Observer a eu accès, que le président de l'association, Richard Burnett avance ce chiffre de 68%, tiré d'un sondage réalisé auprès de ses membres internationaux. Selon l'hebdomadaire, M. Burnett estime que cela est principalement dû à "l'augmentation massive de la paperasse à laquelle sont confrontés les exportateurs" après le Brexit. Il appelle le gouvernement britannique à augmenter grandement le nombre de douaniers chargés d'aider les entreprises, estimant que les 10.000 personnes actuellement déployées ne représentent "qu'un cinquième de ce qui serait nécessaire". "Je trouve profondément frustrant et agaçant que les ministres aient choisi de ne pas écouter l'industrie et les experts", a déclaré celui qui affirme à The Observer avoir "prévenu" M. Gove "de façon répétée ces derniers mois". Officiellement sorti de l'Union européenne le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni a continué d'observer ses règles pendant la période de transition qui s'est achevée le 31 décembre, date à laquelle le pays est sorti de l'union douanière et du marché unique européens. Malgré l'accord commercial signé in extremis avec son ancien partenaire, le gouvernement britannique avait prévenu les entreprises qu'il faudrait s'attendre à des "perturbations" à court terme. En effet, les exportateurs britanniques doivent désormais remplir une multitude de documents pour prouver que leurs biens sont autorisés à entrer dans le marché unique européen, un alourdissement des procédures chronophage et coûteux, qui retarde le passage des frontières. Interrogé par The Observer, un porte-parole du ministre Michael Gove a affirmé ne "pas reconnaître le chiffre avancé sur les exportations" par la RHA, estimant que "les perturbations à la frontière avaient jusqu'à présent été minimes" et que "les mouvements du fret sont désormais proches de la normale, malgré la pandémie de Covid-19", qui a aussi fortement impacté le trafic. Le directeur de l'Association des ports britanniques, Richard Ballantyne, affirme lui que ce chiffre de 68% avancé par la RHA est "globalement conforme" à ce qu'il a pu observer sur la baisse du trafic. (Belga)