Le nouveau programme de travail commun du Benelux a été présenté lundi à l'occasion du lancement officiel de la présidence belge du comité ministériel de l'union entre la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg.Un plan pluriannuel guidera la coopération entre les trois pays entre 2021 et 2024. Il est le fruit d'une consultation publique opérée via une plateforme numérique. "La coopération Benelux se concentre plus que jamais sur des avantages concrets et pratiques pour les citoyens et les entreprises, tels que la réduction des charges administratives, une attention accordée aux différences de prix dans le commerce de détail, un marché du travail sans frontières avec une reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles et l'amélioration de l'accès transfrontalier des citoyens aux biens et services numériques. En plus, la récente crise incite à jeter un nouveau regard sur le télétravail transfrontalier et ses implications fiscales", indique un communiqué signé par le secrétaire-général, Alain de Muyser, et les deux secrétaires-généraux adjoints, Rudy Huygelen et Frans Weekers. Un traité de police Benelux a également vu le jour il y a trois ans. Dès sa mise en œuvre, il aura "un impact concret sur la sécurité des citoyens et la lutte contre la criminalité transfrontalière organisée". "En outre, le Benelux se concentrera sur d'autres aspects de la sécurité tels que la sécurité alimentaire ou la cybersécurité, en accordant une attention particulière aux escroqueries numériques et à la fraude, par exemple celle sur Internet. L'Union Benelux est également déterminée à intensifier la coopération transfrontalière en matière de politique de santé et d'assistance médicale d'urgence. Le dossier médical électronique pour les patients du Benelux en sera une première étape", ajoute le communiqué. Le Benelux s'inscrit dans l'ambition européenne de lutte contre le réchauffement climatique. "Des travaux sont également menés pour favoriser les transports plus propres avec le développement d'une infrastructure transfrontalière pour les véhicules électriques, et plus généralement pour favoriser la multimodalité transfrontalière des transports privés et publics", précise le communiqué. (Belga)