Le Premier ministre du Pakistan, Imran Khan, a annoncé samedi, à l'occasion d'un Sommet virtuel de l'ONU sur le climat, que son pays allait planter 10 milliards d'arbres dans les trois ans.Le dirigeant pakistanais a également annoncé que son pays n'aurait à l'avenir plus de projet énergétique basé sur le charbon et a dans la foulée fait état de l'arrêt de deux projets de centrales au charbon, représentant un total de 2.600 MW de capacité. Ils seront remplacés par des centrales hydrauliques. Pour 2030, le Pakistan s'engage à ce que les "énergies propres" (renouvelables) représentent 60% de son mix énergétique et à ce que 30% des véhicules dans le pays soient électriques. Imran Khan a rappelé que son pays, qui figure parmi les plus peuplés au monde, représentait moins d'un pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre mais n'en était pas moins l'un des plus vulnérables aux conséquences des changements climatiques. Le sommet virtuel sur le climat se tient, cinq ans jour pour jour après l'adoption de l'Accord de Paris, à l'initiative de l'Onu, du Royaume-Uni (qui présidera la COP26) et de la France et en coopération avec le Chili (qui préside la COP25) et l'Italie. Il vise à rehausser l'ambition alors que les engagements climatiques pris jusqu'ici par la communauté internationale sont insuffisants pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris, et notamment celui de contenir le réchauffement bien en-deça de 2°C et si possible à 1,5°C. (Belga)