Climat - Les îles du Pacifique fustigent l'absence de "compréhension" des pays pollueurs

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Les pays développés manquent de "compréhension, ambition et engagement" au sujet des conséquences du changement climatique sur les plus petites nations vulnérables dans le Pacifique, fustigent les leaders des îles Fidji, Tonga, Vanuatu et Kiribati, entre autres, dans une déclaration adoptée mardi. Dans cette déclaration de Nadi Bay sur le changement climatique dans le Pacifique, adoptée à l'issue Forum du développement des îles du Pacifique (FDIP) réuni à Nadi (Fidji), ces leaders soulignent que, dès 2030, des atolls coralliens pourraient être inhabitables. D'ici 2100, les îles Marshall, Tuvalu, Kiribati, Tokelau et Maldives pourraient être submergées, avertissent aussi les leaders. Ils demandent dès lors une "action urgente" de la communauté internationale pour s'en tenir aux objectifs fixés dans les accords de Kyoto et de Paris sur le climat. Ils pointent à cet égard "une responsabilité morale et légale pour les pertes et dommages infligés" aux îles du Pacifique.    Le FDIP pointe particulièrement "les gouvernements des pays largement émetteurs" de CO2 qui "freinent le progrès" dans la lutte contre le changement climatique. Les leaders visent aussi "les producteurs de charbon" à qui ils demandent de "cesser immédiatement toutes nouvelles exploitations minières" et de développer une stratégie pour sortir de cette industrie dans la décennie. Le président du Forum, le Premier ministre de Fidji, Voreqe Bainimarama, a appuyé le message de la déclaration à destination des économies développées et "nos voisins plus grands dans le Pacifique en particulier". Cet appel vise en première ligne l'Australie, qui compte parmi les grandes nations productrices de charbon, et dont les émissions de CO2 ne sont pas en recul. Les Nations Unies ont d'ailleurs mis en garde en 2018 que Canberra risquait de ne pas respecter les objectifs de réduction des émissions de CO2 fixés dans l'Accord de Paris pour 2030 (moins 26-28% par rapport à 2005). Le Premier ministre australien Scott Morrison, conservateur réélu en mai dernier sans programme climatique ambitieux, sera autour de la table avec ces nations lors de la réunion annuelle des chefs d'Etats membres du Forum de îles du Pacifique (FIP) prévu dans deux semaines à Tuvalu. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.