La ville de Stepanakert, capitale régionale du Nagorny Karabakh sous contrôle des séparatistes arméniens, a été samedi soir la cible de bombardements, en dépit d'un cessez-le-feu entré théoriquement en vigueur dans la journée, a-t-on constaté.Sept lourdes explosions ont été entendues vers 23H30 locales (21H30, HB), faisant trembler le sol dans toute la ville. Immédiatement après cette salve, les sirènes d'alerte ont sonné pendant plusieurs minutes pour appeler les habitants à se réfugier dans les caves et abris. Le silence est ensuite retombé sur la ville, plongée dans l'obscurité la plus complète. Ces bombardements interviennent en dépit du cessez-le-feu entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan entré théoriquement en vigueur à la mi-journée, et négocié sous les auspices de la Russie après deux semaines de combats intenses pour la région séparatiste du Nagorny Karabakh. Les belligérants s'accusaient déjà samedi dans la journée d'avoir violé cette trêve sur les lignes de front, mais la situation était restée inhabituellement calme ce jour à Stepanakert, soumise à des bombardements réguliers depuis deux semaines, notamment des tirs de lourdes roquettes. (Belga)