Ankara a appelé mardi à organiser des pourparlers "à quatre", avec la Russie, l'Azerbaïdjan, l'Arménie et la Turquie, pour résoudre le conflit au Nagorny Karabakh alors qu'une trêve y est allègrement violée depuis son entrée en vigueur samedi.Ibrahim Kalin, le directeur de communication de la présidence turque, a appelé lors d'une interview télévisée à l'organisation des pourparlers avec la participation de quatre pays pour trouver une solution au conflit au Nagorny Karabakh. "Puisque la Russie est du côté de l'Arménie et nous la Turquie, nous soutenons l'Azerbaïdjan, rencontrons-nous à quatre pour discuter de la résolution de ces problèmes", a affirmé M. Kalin."Si le Groupe de Minsk n'a pas pu y trouver une solution depuis plus de 30 ans, il est temps de trouver un nouveau mécanisme", a-t-il ajouté, en référence au groupe de médiation mandaté par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et dont les co-présidents sont la Russie, la France et les Etats-Unis. L'appel d'Ankara pour "un nouveau mécanisme" intervient alors que le porte-parole du ministère arménien des Affaires étrangères avait annoncé une prochaine rencontre, à une date pas encore fixée, avec les co-présidents du Groupe de Minsk. Nagorny Karabakh, territoire majoritairement peuplé d'Arméniens, a fait sécession de l'Azerbaïdjan entraînant une guerre qui a fait 30.000 morts dans les années 1990. Bakou accuse depuis Erevan d'occuper son territoire, et les affrontements y sont réguliers. Les combats qui opposent depuis le 27 septembre les troupes séparatistes, soutenues par l'Arménie, et l'Azerbaïdjan sont les plus graves depuis le cessez-le-feu de 1994. Une trêve humanitaire, négociée à Moscou aurait dû entrer en vigueur samedi midi, mais elle n'a jamais été respectée. (Belga)