Les combats qui opposent depuis dimanche l'Azerbaïdjan aux forces séparatistes du Nagorny Karabakh, soutenues par l'Arménie, ont fait au moins 23 morts, dont sept civils, selon les affirmations des deux parties. Ce bilan est le plus lourd enregistré depuis 2016 dans ce conflit vieux de plus de trente ans. Les autorités du territoire sécessionniste ont annoncé la mort de 16 militaires séparatistes ainsi que d'une mère et d'un enfant, tandis que l'Azerbaïdjan n'a pour sa part pas fourni de bilan militaire, mais annoncé la mort de cinq civils. "A la suite de tirs d'artillerie (provenant des séparatistes arméniens du Karabakh), une famille de cinq personnes a été tuée dans le village de Gachalty", selon le bureau du procureur dans un communiqué. Il s'agit du bilan le plus lourd depuis 2016, lorsque des combats avaient fait une centaine de morts au total. L'épisode à l'époque avait laissé craindre une guerre ouverte entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie pour le contrôle du Nagorny Karabakh. Bakou et Erevan s'accusaient mutuellement d'avoir déclenché les hostilités dimanche et ont décrété la loi martiale, développant une rhétorique belliqueuse. Les deux camps ont aussi affirmé avoir infligé des pertes importantes à l'adversaire. L'Azerbaïdjan affirme avoir conquis des territoires, ce que l'Arménie a démenti, affirmant que l'armée azerbaïdjanaise avait subi des pertes, notamment plusieurs hélicoptères et des blindés. (Belga)