Kim Jong Un n'aurait pas subi d'intervention chirurgicale, a déclaré dimanche un haut responsable sud-coréen, au lendemain de la réapparition en public du dirigeant nord-coréen qui n'avait pas été vu depuis trois semaines, donnant lieu à rumeurs à l'étranger sur son état de santé. "Le président Kim n'aurait pas été opéré", a affirmé un haut responsable du bureau de la présidence sud-coréenne qui n'a pas été identifié, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. "Les médias ont fait des spéculations concernant une intervention (subie par) M. Kim, en évoquant un changement dans sa manière de marcher", a rappelé ce responsable. Selon lui, Séoul possède suffisamment d'éléments pour en conclure que ce n'est pas le cas. Les questions concernant l'état de santé de M. Kim ont commencé à se multiplier depuis son absence remarquée aux célébrations du 15 avril. Cette journée est la plus importante du calendrier politique nord-coréen car tout le pays commémore alors la naissance du fondateur du régime, Kim Il Sung, le grand-père de l'actuel dirigeant. Toutes sortes de rumeurs ont alors commencé à circuler concernant son état de santé. La Corée du Sud et les Etats-Unis ont, à plusieurs reprises, déclaré n'avoir aucune information sur ces différentes conjectures. La télévision d'Etat a montré M. Kim marchant, souriant largement et fumant une cigarette, lors de l'inauguration vendredi 1er mai d'une usine à Sunchon, au Nord de Pyongyang. Le président américain Donald Trump s'est dit samedi "content" de la réapparition publique du dirigeant nord-coréen et de le voir apparemment en bonne santé. Ce n'est pas la première fois que M. Kim disparaissait de la vie publique. En 2014, il était resté invisible six semaines avant de réapparaître marchant avec une canne. Quelques jours plus tard, les services de renseignements sud-coréens avaient expliqué qu'il avait été opéré pour un kyste à la cheville. (Belga)