La direction du TEC et les syndicats sont parvenus samedi soir à un accord sur le dispositif qui sera mis en place à partir de lundi au sein de la société wallonne de transport public, annonce son porte-parole Stéphane Thiery. Des agents contestaient notamment les normes imposées en matière de voyageurs transportés. Ces craintes avaient été relayées par le syndicat socialistes CGSP. Des négociations se sont tenues ces derniers jours. Concrètement, dès lundi et jusqu'au 17 mai, l'exploitation des lignes continuera d'être assurée sur base des horaires établis pour les périodes de vacances scolaires, annonce le TEC. Les lignes vers les hôpitaux et certaines lignes plus fréquentées continueront, dans la mesure du possible, d'être renforcées. A bord des véhicules, les voyageurs seront priés de porter un masque (ou une alternative couvrant le nez et la bouche) pour accéder au transport en commun. Ce masque obligatoire doit être porté à tout moment, aux arrêts et dans les véhicules, dès l'âge de 12 ans. Les contrôleurs pourront refuser l'accès à bord aux personnes qui ne portent pas un masque ou une alternative. En outre, aucun voyageur ne pourra se tenir debout dans le véhicule. Seules les places assises devront être occupées avec une seule personne par banquette. Le nombre de voyageurs à bord sera limité à 12 pour un bus standard, 19 pour un bus articulé et 20 pour un tram. Les usagers continueront de monter à bord des bus uniquement par l'arrière. Toute personne présente dans le véhicule devra toutefois bien posséder un titre de transport valable, même si la validation n'est plus requise. Enfin, une bâche séparant le poste de conduite du reste du véhicule sera prochainement installée dans les bus, ajoute le TEC. Le nettoyage des véhicules continue par ailleurs d'être renforcé. (Belga)