Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a demandé lundi en fin de soirée de prolonger les mesures simplifiées pour le "chômage Corona" et le droit passerelle à destination des indépendants, au minimum jusqu'en septembre, afin de limiter au maximum le nombre de licenciements et faillites.Cette demande figure en bonne place dans une motion déclarant la Ville "en état d'urgence sanitaire, économique et sociale", dans le contexte de la crise liée à la pandémie de Covid-19. La motion a été adoptée à la quasi l'unanimité - il y a eu un seul vote négatif (N-VA)-. Le texte envisage de nouvelles mesures pour permettre une reprises des activités économiques dans les commerces dans les conditions sanitaires requises; la prise en compte de la nécessité de définir une stratégie de redéploiement vers une économie résiliente, locale et circulaire mais aussi des demandes et recommandations aux autres niveaux de pouvoir pour soutenir les commerces durant cette période si particulière. La Ville elle-même a pris plusieurs mesures pour soutenir la réouverture des commerces telles que la distribution de 10.000 masques et de « kit restart » (masques, gels, stickers et consignes) aux commerces de son territoire employant moins de 10 ETP; l'organisation de webinairs pour former les commerçants au respect des conditions sanitaires; ou encore l'organisation des flux de passage dans les principales artères commerçantes, avec une attention particulière sur la rue Neuve et les rues commerçantes dans les quartiers denses. Selon l'échevin des Affaires économiques, Fabian Maingain (DéFI), elle présentera prochainement d'autres mesures qui permettront de soutenir la trésorerie des acteurs économiques et d'alléger leur fiscalité avec un focus particulier sur l'horeca et les plus fragilisés par la crise. A travers la motion adoptée lundi en fin de soirée, elle appelle aussi les autres niveaux de pouvoirs à renforcer leurs mesures pour aider les acteurs économiques. Parmi les urgences, elle appelle le gouvernement fédéral à supprimer une partie des charges patronales et sociales qui font parties des charges les plus élevées pour les commerces. (Belga)