Le président chypriote Nicos Anastasiades a annoncé vendredi fermer pour deux semaines en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus les frontières de son pays aux étrangers, sauf s'ils sont non-résidents, étudiants ou employés sur l'île méditerranéenne dont l'économie est fortement tributaire du tourisme."L'entrée (sur le territoire) est interdite pour deux semaines à tout citoyen n'étant ni chypriote, ni résident", à partir du 15 mars, a-t-il dit lors d'un discours télévisé. L'interdiction exclut également les diplomates et les étrangers étudiant à Chypre, a-t-il précisé. "Les ressortissants étrangers peuvent travailler (sur l'île) tant qu'ils ont obtenu les autorisations nécessaires." L'entrée en République de Chypre via les huit points de passage avec la partie nord occupée par la Turquie sera également soumise aux mêmes mesures. Quatre d'entre eux demeurent fermés. Le président a appelé ses concitoyens à ne pas traverser la "ligne verte", qui divise l'île en deux, sauf pour des "déplacements essentiels", appelant également les Chypriotes de la diaspora à éviter tout voyage à Chypre. Les écoles resteront fermées jusqu'au 10 avril, a-t-il annoncé. Membre de l'Union européenne, la République de Chypre -seule reconnue par la communauté internationale et contrôle les deux tiers sud de l'île- a annoncé 14 cas de nouveau coronavirus. L'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN) -uniquement reconnue par la Turquie, qui affirme avoir envahi le tiers nord de l'île en réaction à un coup d'Etat qui visait à rattacher le pays à la Grèce- a annoncé pour sa part cinq cas de maladie Covid-19. Le nouveau coronavirus a fait au moins 5.347 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 18H00. (Belga)