Un couvre-feu est entré en vigueur vendredi soir en République démocratique du Congo pour enrayer la transmission du Covid-19, qui touche surtout la capitale Kinshasa.Des barrages de police ont fait leur apparition dans Kinshasa, une ville d'au moins dix millions d'habitants, a constaté une journaliste de l'AFP. Dès le début de la soirée, les Kinois se pressaient de rentrer sous la pluie et dans les bouchons avant l'heure du début du couvre-feu, en vigueur de 21h00 à 05h00 heure locale. "A cause de la pluie et des embouteillages, ce soir on sera larges, jusqu'à 23h00 au plus tard", a indiqué à la presse le chef de la police de Kinshasa, Sylvano Kasongo. "Nous avons demandé aux policiers d'être tolérants, courtois et disciplinés, car il s'agit d'un couvre-feu sanitaire et non sécuritaire", a-t-il ajouté. "La seule sanction sera une garde à vue (jusqu'à 05h00 du matin) sans amende". Le couvre-feu a été décrété dans tout le pays par le président Félix Tshisekedi. Relativement épargnée, la RDC n'a enregistré que 15.212 cas de Covid-19 pour 366 décès depuis le 10 mars 2020, d'après le dernier bilan officiel publié vendredi (contre près de 900.000 cas en Afrique du Sud, pays du continent le plus touché). La majorité des cas se concentre à Kinshasa (11.865), qui a encore enregistré 105 des 123 nouveaux cas détectés jeudi. Le nombre de cas quotidien est reparti à la hausse au mois de novembre, surtout des cas importés. Tous les voyageurs sont testés à leur arrivée en RDC depuis le 31 octobre, moyennant 45 dollars. Même relativement épargnée, la RDC redoute une saturation de ces faibles structures sanitaires et une pénurie d'oxygène. Par ailleurs, des personnels soignants n'ont pas été payés depuis cinq mois, a déploré vendredi le coordonnateur de la lutte contre le Covid-19, le professeur Jean-Jacques Muyembe. (Belga)