Les mesures fédérales décidées jeudi soir par le gouvernement fédéral à la suite d'un Conseil national de sécurité devraient permettre de pouvoir lisser quelque peu la courbe montante du nombre des contaminations au coronavirus, a indiqué le virologue Marc Van Ranst sur le plateau de l'émission "Vandaag" (Eén). Il a qualifié les mesures de dures mais tout de même proportionnelles. "Le pays continue à tourner", indique-t-il. M. Van Ranst estime que la décision d'interrompre les cours à l'école tout en laissant une possibilité d'accueil en milieu scolaire durant la journée va répondre à bon nombre de questions. Les écoles ne pouvaient pas simplement être fermées car les enfants sont alors souvent confiés aux grands-parents, ce qu'il faut éviter. En même temps, certaines personnes, comme celles travaillant dans le secteur des soins de santé par exemple, ne doivent pas rester chez elles en permanence. "Tout n'est pas complètement à l'arrêt", a-t-il encore commenté au sujet de l'ensemble des mesures. Le gouvernement espère ainsi lisser la courbe du nombre de contaminations, qui est actuellement encore à la hausse. Si cela fonctionne, alors on pourra lever certaines mesures à terme", estime-t-il. Il avertit que nous ne sommes qu'au début de l'épidémie en Belgique et que ces mesures sont donc nécessaires. "Le virus est là. On ne peut le contenir car il n'y a pas de vaccin ou de médicaments antiviraux. Nous devons donc tous agir." Il conclut en rappelant que le principal objectif est de protéger les aînés, qui sont plus vulnérables au covid-19. Et ce afin que le coronavirus ne pèse pas trop sur le système des soins de santé. (Belga)