Un foyer d'épidémie s'est déclaré jeudi dans l'unité d'hospitalisation sous contrainte en psychiatrie de la clinique Fond'Roy (ASBL Epsylon) à Bruxelles. Quatre patients et huit travailleurs ont été testé positifs au virus SARS-Cov-2, indique lundi la cheffe de service Caroline Depuydt."Un travailleur a été positivé Covid-19 lundi passé, après avoir fait un test dans le cadre de son départ en vacances. Le lendemain, on a fait une petite série de testing et deux cas sont revenus positifs. On a donc ensuite organisé un dépistage généralisé de tous les patients et de tous les membres du personnel. C'est ainsi que l'on s'est rendu compte qu'il y avait 4 patients et 8 travailleurs qui étaient atteints", explique la psychiatre. Selon le Dr Caroline Depuydt, le service destiné à accueillir des hospitalisations sous contrainte (ou mises en observation) est surpeuplé et il y est extrêmement difficile de faire respecter les mesures de sécurité liées au coronavirus. "Nos patients sont dangereux, en crise et non-demandeurs de soins", rappelle-t-elle. Suite au déconfinement, la psychiatre indique que l'unité d'hospitalisation sous contrainte a connu une augmentation de 50% des mises en observation. Il s'agit d'une part des patients réguliers qui ne sont plus venus et ont arrêté leur traitement, et d'autre part de patients sans antécédents psychiatriques, mais pour qui le Covid-19 et le confinement ont été extrêmement angoissants et ont mené à des crises. "Celles-ci ont provoqué des demandes de soins volontaires et non-volontaires. On s'est donc retrouvés dans des unités surpeuplées, avec plus de patients que de places disponibles. Le tout, dans un environnement avec une difficulté de respect des protocoles de sécurité", déplore le Dr Caroline Depuydt. Des mesures ont été mises en place pour enrayer la propagation du coronavirus dans le service. Les patients Covid-positifs ont été isolés dans une unité bien séparée et dans un autre hôpital. Tout le personnel et les patients ont été testés. Les travailleurs positifs ont été écartés, tandis que les cas suspects ont été placés en quarantaine en attendant les résultats d'un deuxième test. Le personnel travaille évidemment masqué et respecte les consignes de sécurité. Les symptômes sont surveillés, tant chez les travailleurs que chez les patients. Ceux-ci sont par ailleurs à nouveau confinés. Cependant, les mises en observation devront reprendre mardi. La cheffe de service estime que la clinique Fond'Roy avait été relativement préservée depuis mars. "Avant cela, dans notre unité fermée, nous n'avions dénombré que deux cas confirmés et deux cas suspects". (Belga)