Federgon, la fédération des prestataires de services RH qui représente entre autres le secteur des titres-services, est "satisfaite" que les entreprises de titres-services puissent rester ouvertes et que les aides-ménagères puissent continuer à travailler, a-t-elle fait savoir dimanche.Néanmoins, "il ne peut être fait appel aux aides-ménagères que dans la mesure où toutes les consignes de sécurité sont strictement respectées à la fois par le client, par l'aide-ménagère et par l'entreprise de titres-services", nuance la fédération. Par ailleurs, si un client décommande son aide-ménagère, les conséquences varient selon la région, rappelle-t-elle. A Bruxelles, ainsi, lorsque des prestations sont annulées, l'entreprise de titres-services recherche d'abord un remplacement. En cas d'impossibilité, l'aide-ménagère sera indemnisée par le chômage temporaire. En Wallonie, en cas d'annulation, il peut être fait appel au système d'interventions salariales prévu par le gouvernement wallon. Le chômage temporaire peut également être enclenché. Enfin, en Flandre, les directives du gouvernement prévoient que si le client annule moins de 48h avant la prestation, ce dernier est tenu de payer la prestation conformément à ce qui était convenu. L'entreprise de titres-services recherche alors une alternative pour l'aide-ménagère. Si c'est impossible, elle reçoit tout de même son salaire pour cette prestation annulée. En cas d'annulation plus de 48h avant la prestation, l'aide-ménagère recevra une allocation via le système de chômage temporaire. (Belga)