Les autorités sanitaires françaises se sont voulues rassurantes mardi au sujet des personnes placées en quarantaine dans le sud de la France après avoir été rapatriées dimanche de Chine, dans le même avion que le malade chez qui le nouveau coronavirus a été dépisté à Bruxelles."La recherche des personnes qui ont voyagé à proximité de ce cas confirmé" a permis d'identifier "13 personnes contact", dont "sept sont actuellement en isolement en France", a indiqué le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, au cours d'un point presse. Parmi ces sept personnes, quatre ont été testées négatives au coronavirus et les trois autres seront "prélevées dans les prochaines heures". Deux autres passagers ont été "rapatriés directement à Bruxelles avec la personne qui a ensuite été détectée positive". L'un des deux a déjà été testé négatif aussi. Enfin, les pays européens où ont été rapatriés les quatre autres passagers identifiés seront contactés par les autorités sanitaires françaises "pour les informer de faire prélever ces personnes", a ajouté le responsable. Le fait que la personne testée positive à Bruxelles ne présente pas de symptôme est plutôt rassurant, a souligné Jérôme Salomon, car cela réduit probablement sa "capacité de transmission" du virus. "On peut être porteur du virus sans forcément risquer de le transmettre. (...) Pour être contagieux il faut le projeter vers l'extérieur", en toussant par exemple, a-t-il souligné. L'ensemble des 78 rapatriés d'une quinzaine de nationalités installées à Aix-les-Milles ainsi que les 216 Français hébergés à Carry-le-Rouet pour leur période de quarantaine avaient déjà été testés une première fois après leur arrivée et étaient "tous négatifs", avait rappelé à l'AFP à la mi-journée Philippe de Mester, directeur général de l'ARS Provence-Alpes-Côte d'Azur, en marge d'une réunion à Aix-en-Provence. Les examens doivent être renouvelés au cas où le virus serait présent chez certains individus dans "un réservoir" non identifié, a ajouté M. de Mester, à l'issue de cette réunion d'information avec la population dans le quartier d'Aix-les-Milles à proximité de l'Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (Ensosp). "Une autre session de tests sera effectuée en fin de semaine, pour vérifier les premiers résultats", a précisé le docteur Samer Aboukais, médecin au service de veille et de sécurité sanitaire de l'ARS. Parmi les 78 personnes installées à Aix-les-Milles, seulement 19 sont des ressortissants français, a précisé l'ARS mardi. Une quinzaine d'autres nationalités sont représentées, avec une quarantaine de personnes originaires de pays hors de l'Union européenne. En France, aucun nouveau cas n'a été diagnostiqué: il y a toujours six patients atteints, dont un seul, un Chinois de 80 ans, restait mardi en réanimation à Paris. Les cinq autres sont hospitalisés à Paris et Bordeaux. (Belga)