Dans les semaines à venir, "il y aura des contrôles policiers qui concerneront également les citoyens" pour voir si les mesures décidées ce mardi soir par le Conseil national de sécurité sont bien respectées, a assuré le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, au micro de la RTBF. "Ces mesures renforcées, nous les avons prises dans l'intérêt de nos citoyens pour endiguer la propagation du virus. Vous devez savoir que les scientifiques nous ont dit que si on ne faisait rien, il pourrait très bien y avoir, dans 10 jours, 5.0000 personnes dans les hôpitaux, ce qui serait impossible" à gérer, a justifié M. Di Rupo (PS). "On a trouvé une solution qui n'est pas de dire on ferme purement et simplement les entreprises. On dit qu'une première chose à faire, c'est de promouvoir le télétravail. Quand ce n'est pas possible, il faut une distance d'un mètre, un mètre et demi pour travailler. Et si on n'est pas capable d'organiser ce travail de cette manière, on ne doit pas ouvrir l'entreprise", a-t-il ajouté en assurant que des contrôles seront menés. "Ces contrôles concernent aussi les citoyens. Il y aura des contrôles policiers pour voir si on respecte les règles de distanciation sociale", a encore prévenu le ministre-président wallon. Selon lui, le processus sera évalué en continu. "Chaque jour, nous regardons ce qu'il se passe et on espère ne pas devoir prolonger ces mesures. Tout va dépendre, évidemment, de l'état de l'épidémie dans les deux prochaines semaines", a-t-il conclu. (Belga)