Un total de 5.476 personnes ont été tuées par le coronavirus en Italie, dont 651 dans les dernières 24 heures, un chiffre en baisse accueilli dimanche avec une espérance prudente par les responsables sanitaires."Les chiffres annoncés aujourd'hui sont moindres que ceux d'hier. J'espère et nous espérons tous que ces chiffres pourront être confirmés dans les jours qui viennent. Mais il ne faut pas baisser la garde", a dit le patron de la protection civile, Angelo Borrelli. Samedi, il avait annoncé un chiffre record de près de 800 morts dans la journée (793). Le bilan de dimanche reste toutefois le deuxième le plus lourd depuis le début de la pandémie. Le nombre total des cas de contamination flirte avec les 60.000 et a encore augmenté (5.560 de plus que samedi). "Il ne faut pas se laisser aller à un enthousiasme exagéré ni surinterpréter" ce bilan du jour à la baisse, mais "c'est un signe que nous accueillons de façon positive", a dit de son côté Franco Locatelli, un responsable des autorités sanitaires italiennes. "Surtout parce qu'il arrive à un moment où nous nous attendions à avoir des signes tangibles de l'efficacité des mesures de confinement", a ajouté Franco Locatelli. Il a appelé ses compatriotes à poursuivre leurs efforts et à respecter les restrictions aux libertés qui leur sont imposées depuis quasiment deux semaines sur l'ensemble du territoire, avec une interdiction des rassemblements, une stricte limitation des déplacements et un ralentissement considérable de l'activité économique. Dernier tour de vis dans une longue liste de renforcements successifs des mesures, une ordonnance commune des ministres de l'Intérieur et de la Santé interdit désormais de "se déplacer avec un moyen de transport public ou privé dans une commune différente", "sauf pour raisons prouvées de travail, d'urgence absolue ou pour raisons de santé". "On est un peu arrivé au maximum de ce que peuvent être les mesures de prévention de la contagion en termes sociaux", a toutefois reconnu Franco Locatelli. La région de Milan, la Lombardie, a encore enregistré plus de la moitié des nouveaux décès (361, pour un total de 3.456) et son service hospitalier reste submergé, son personnel soignant épuisé. Andrea Carli, un médecin généraliste de Lodi (Lombardie), mort le 19 mars, est le dernier nom sur la liste des médecins qui ont donné leur vie dans la lutte contre le coronavirus, a annoncé dimanche la Fédération nationale de l'ordre des médecins chirurgiens et médecins d'odontologie (Fnomceo). Cette liste compte 18 noms. (Belga)