L'Italie bouclera de vastes zones du nord du pays pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, a indiqué tôt dimanche le Premier ministre Giuseppe Conte, rapporte l'agence de presse Ansa.Les régions concernées sont la Lombardie, dont la ville de Milan, ainsi que les provinces de Modène, Parme, Piacenza, l'Emilie-Romagne, Rimini, Pesaro et Urbino, ainsi qu'Alessandria, Asti, Novara, Verbano Cusio Ossola, Vercelli, Padoue, Trevise et la Vénétie. Au total, ce sont plus de 10 millions de personnes qui sont concernées par la mesure. Le Premier ministre italien fut contraint dimanche de confirmer l'extension des zones en quarantaine après que la nouvelle eut fuité dès samedi soir dans plusieurs médias italiens. "C'est inacceptable", a commenté le chef du gouvernement italien face à cette fuite. "Cela contribue à créer de l'incertitude et provoque de la confusion. Nous ne pouvons l'accepter". Les mesures annoncées resteront d'application jusqu'au 3 avril au moins. Les bars et restaurants resteront ouverts dans ces régions, mais les personnes sont invitées à rester à un mètre de distance pour réduire les risques de contamination. Jusqu'à présent, seuls 11 villages du nord du pays avaient été placés en quarantaine, soit une population de 50.000 personnes au total. L'Italie est le pays d'Europe le plus durement touché par l'épidémie. Plus de 1247 cas y ont été recensés au cours des dernières 24 heures ainsi que 36 nouveaux décès, portant le nombre de morts à 233. Le gouvernement italien a décidé l'envoi de 20.000 renforts dans ses hôpitaux, ce qui permettra de porter de 5.000 à 7.500 le nombre de lits en soins intensifs. (Belga)