Les mesures annoncées ce dimanche après l'accord conclu entre le gouvernement fédéral et le secteur financier sont un "soutien appréciable pour les indépendants et les PME privés de rentrées financières", a réagi l'Union des classes moyennes (UCM) qui l'estime toutefois "en deçà de ce que l'on pouvait espérer". De son côté, le Syndicat neutre pour Indépendants (SNI) a dit craindre que ces aides ne soit "pas suffisantes". L'UCM estime que l'accord intervenu avec le secteur financier apporte "une réponse au problème actuel". "Sans recettes, la trésorerie des entrepreneurs s'assèche rapidement. Les reports de paiement et la possibilité de crédit court terme sont des réponses adéquates", explique l'organisation. Toutefois, elle déplore le caractère "arbitraire" de ces mesures alors que les aides se limitent aux entreprises "viables", sans retards de paiement. L'UCM appelle donc les banques à réaliser "un examen au cas par cas et à de la bienveillance". L'UCM regrette également que ces mesures soient limitées dans le temps. "L'obligation de rattraper son retard pour le 30 septembre risque d'être une charge impossible si le confinement devait se prolonger", fait-elle remarquer. "L'accord avec les banques devra dès lors être réévalué si la situation dure et empire", insiste l'organisation. L'UCM rappelle encore qu'en 2008, les banques ont bénéficié d'un soutien massif. Elles ont dès lors "le devoir de soutenir les entrepreneurs". "Ceux-ci ont besoin de crédits mais le secteur financier a aussi besoin des indépendants et des PME pour vivre", fait encore valoir l'UCM. De son côté, le SNI se dit satisfait de l'accord entre le gouvernement et les banques mais demande des mesures supplémentaires. "Les entrepreneurs sont très préoccupés par les coûts fixes actuels tels que le loyer, les factures d'énergie, le manque de liquidités car ils ne parviennent souvent pas à payer leurs factures précédentes", indique la présidente, Christine Mattheeuws. Cette dernière réclame notamment que des précisions soient apportées rapidement sur les entreprises qui sont encore autorisées à travailler et celles qui ne le sont pas et qui ont droit à une prime. "Il serait regrettable que certaines entreprises ferment alors qu'elles ont droit à des mesures de soutien qui auraient pu les sauver", conclut-elle. Dimanche après-midi, le ministre fédéral des Finances, Alexander De Croo a annoncé le report de tous les remboursements de crédits - y compris les crédits hypothécaires - pour les entreprises non financières et les indépendants viables jusqu'au 30 septembre prochain. Le Fédéral va par ailleurs activer un régime de garantie pour l'ensemble des nouveaux crédits et des nouvelles lignes de crédit d'une durée maximale de 12 mois que les banques octroient aux entreprises non financières et aux indépendants viables, "afin de continuer à financer l'économie réelle", a ajouté le ministre. (Belga)