Les mesures de confinement renforcé annoncées par le gouvernement entreront en vigueur lundi à 0h00. Le gouvernement veut se donner le temps de rédiger un arrêté ministériel reprenant ces mesures qui sera le plus précis possible, non seulement pour que les citoyens sachent à quoi s'en tenir mais aussi pour permettre à la police de le faire respecter, a expliqué vendredi la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, à l'Agence Belga.L'arrêté ministériel déterminera notamment quels sont les commerces "essentiels" autorisés à rester ouverts au public. Pour éviter que ce délai ne provoque samedi l'afflux dans les magasins dit "non essentiels", à l'instar du Premier ministre, la ministre de l'Intérieur appelle les citoyens à ne pas constituer de stocks. La possibilité de commande en ligne et de retrait au magasin est maintenue. La police veillera à faire respecter les nouvelles règles, aussi bien en ce qui concerne les interdictions de rassemblement que le port du masque mais aussi l'obligation de télétravail. Elle infligera des amendes en cas de non-respect. Le temps de la sensibilisation est "passé", a averti la ministre. "La police sera stricte. On ne peut plus accepter que des gens ne respectent pas les règles. La police a reçu instruction de contrôler et d'infliger des sanctions en cas de non-respect". Les contacts sociaux sont encore réduits. Chaque membre d'une famille a droit à un contact rapproché et les familles ne peuvent inviter qu'un seul contact rapproché à la fois. "Ce sera très difficile à contrôler. Nous ne voulons pas créer un Etat policier, nous faisons confiance aux gens et nous espérons qu'ils la respecteront. Nous demandons avec insistance aux gens de respecter la règle d'un contact à la maison", a-t-elle souligné. Les déplacements non essentiels ne sont pas interdits, contrairement à d'autres pays. "C'était une option mais on a considéré que, si les gens respectent les règles sur le lieu de destination, ce n'était pas nécessaire", a confirmé la ministre. Les séjours dans les parcs récréatifs sont interdits à partir de mardi. L'annonce intervient alors que de nombreuses personnes ont déjà réservé quelques jours de vacances dans ces infrastructures. "Nous nous rendons compte que nous intervenons dans des activités en cours, déjà prévues mais il n'y a pas d'autre choix. Le virus ne soucie pas de ce genre de chose", a encore dit Mme Verlinden. (Belga)