Les représentants des Etats membres de l'UE ont décidé jeudi d'une clé de répartition spécifique pour les 10 millions de doses de vaccins contre le coronavirus de BioNTech-Pfizer dont la livraison à l'UE a été avancée au deuxième trimestre. La présidence portugaise du Conseil de l'UE l'a annoncé jeudi en soirée.Elle a principalement confirmé ce qui avait filtré durant la journée: trois pays ont refusé le compromis mis sur la table par le Portugal, et font donc cavalier seul en ce qui concerne leur part de ces 10 millions de doses. Il s'agit de l'Autriche, de la Slovénie et de la Tchéquie, qui recevront simplement leur part "normale" de ce lot, au prorata de leur population donc. Les 24 autres Etats membres ont décidé de se mobiliser en faveur de 5 d'entre eux, pour pallier des livraisons qui y ont démarré plus lentement. 19 pays membres, dont la Belgique, ont décidé de mettre de côté collectivement près de 3 millions de doses (2,854 millions), qui seront réparties entre 5 Etats ayant jusqu'ici reçu peu de vaccins, en plus de leur part liée au prorata de population: la Bulgarie, la Croatie, l'Estonie, la Lettonie et la Slovaquie. Reste alors, selon le communiqué de la présidence portugaise, 6,66 millions de doses qui seront réparties selon la clé de répartition normale entre les 19 Etats. La Belgique a normalement droit à environ 2,5% des doses. Le Premier ministre Alexander De Croo indique jeudi soir que la Belgique devrait recevoir environ 180.000 doses de ces 10 millions. Le libéral se dit satisfait que le principe de la répartition sur base de la population ait été maintenu. Cette solution, spécifique à cette avance de 10 millions de doses, "permet une expression significative de solidarité", souligne la présidence portugaise du Conseil. (Belga)