La Fédération des entreprises de Belgique, la FEB, a rapidement réagi jeudi soir aux mesures drastiques énoncées par la Première ministre Sophie Wilmès à l'issue d'un très long Conseil national de sécurité consacré à la lutte contre le coronavirus. L'annulation jusqu'au 3 avril de toute activité récréative, sportive ou culturelle, ainsi que la fermeture des cafés et restaurants, des commerces autres que fournissant des biens essentiels et l'encouragement du télétravail auront forcément un impact non-négligeable sur l'économie. Mais "une action rapide et ferme peut empêcher une aggravation de cette épidémie, évitant ainsi des dommages économiques bien plus importants à long terme", souligne en soirée Pieter Timmermans, CEO de la FEB. La fédération d'employeurs affirme "comprendre" la décision de prendre en main la réponse à la crise au niveau national. Une telle coordination nationale "s'impose et les nouvelles mesures devraient permettre de contenir la propagation du coronavirus", salue brièvement la FEB. (Belga)