La Flandre a raflé toute l'offre de DigitalForYouth, relève L'Echo mardi, notant que près de la moitié des PC portables récoltés par l'ASBL (soit 6.401) ont déjà été attribués dans les familles de Flandre et de la communauté germanophone et qu'aucun ne se retrouvera dans les familles francophones.L'ASBL, créée en 2019 pour venir en aide aux jeunes défavorisés, bénéficie pourtant de dons par le biais de la Fondation Roi Baudouin. "Avec le confinement, on a commencé à nous demander des portables pour l'école à la maison, explique Philip Du Bois, président du CA de DigitalForYouth. Très vite, Ben Weyts (Enseignement flamand, N-VA) et Sven Gatz (Bruxelles, Open VLD) se sont tournés vers nous". Ben Weyts a mis 1 million d'euros sur ta table pour faire reconditionner 10.000 portables récoltés par DigitalForYouth. Du côté francophone, les choses ont été ralenties avec l'éclatement des compétences. Caroline Désir, ministre PS de l'Enseignement, contactée en premier par DigitalForYouth, n'était pas compétente pour cette question, qui est du ressort de Pierre-Yves Jeholet (ministre-présidence FWB, MR), Willy Borsus (Numérique en Région wallonne, MR) et Rudy Vervoort (Région bruxelloise, PS). Ils ont montré un intérêt. Mais entre-temps, la quasi-totalité des ordinateurs récoltés par l'ASBL a été réservée par la Flandre, et l'ASBL n'a plus pu répondre au marché public francophone. "Nous n'aurions pu respecter les délais étant donné que les dons des entreprises se sont essoufflés , dit Philip Du Bois. Fournir 500 portables à la FWB alors que la Flandre en a reçu plus de 10.000, cela aurait été trop déséquilibré". L'ASBL ne répondait également pas à d'autres critères (capacité de batterie et délais de garantie trop long pour des portables anciens). DigitalForYouth espère pouvoir fournir une solution structurelle à plus long terme. Mais pour cela, il faudrait que l'afflux de dons s'intensifie. (Belga)