Le président de la Ligue nationale de rugby (LNR) Paul Goze et l'Association nationale des Ligues de sport professionnel (ANLSP) ont critiqué samedi l'attitude du public du Paris Saint-Germain, accusé d'avoir négligé la distanciation sociale lors d'un match amical vendredi au Parc des Princes contre Waasland-Beveren. Dans un stade limité à 5.000 personnes par les dernières consignes sanitaires du gouvernement, un millier d'ultras du PSG ont assuré l'ambiance, sans forcément respecter la distanciation sociale. Les images ont fait depuis le tour des réseaux sociaux. "Madame la Ministre, nous sommes en colère et consternés par les images des tribunes du match qui a eu lieu hier soir au Parc des Princes, à quelques jours des décisions devant être prises par le Gouvernement concernant les conditions d'accueil du public dans les stades à compter de la fin du mois d'août", écrit Paul Goze dans une lettre ouverte à la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, avec copie au Premier ministre Jean Castex et d'autres membres de son gouvernement. "Nous vous sollicitons pour que les agissements irresponsables d'une minorité n'influent pas sur une décision qui engage la reprise de tout un secteur d'activité, et pour ce qui nous concerne la survie de nos clubs", ajoute le patron de la LNR, pour qui "une minorité d'individus" ne peut pas "pénaliser l'immense majorité qui est responsable, respectueuse des normes sanitaires et consciente des enjeux". Dans un communiqué, l'ANLSP déplore "le non-respect des consignes sanitaires par certains supporters parisiens" et estime que ce comportement "fait tâche alors que les dirigeants des différents sports plaident pour une hausse de la jauge de spectateurs dans les enceintes sportives". L'ANLSP rassemble les Ligues professionnelles de football, rugby, cyclisme, basket, hand et volley. Elle estime que "le comportement de quelques-uns ne doit pas tout remettre en cause, y compris à leur propre détriment, et mettre en cause la survie d'un secteur économique en son entier". Elle préconise, dans le cas où les protocoles sanitaires ne seraient pas respectés par "une minorité d'individus sur une minorité de matches", de mettre en place "des mesures ciblées et limitées aux matches concernés". Le 12 juillet, jour du match amical Le Havre-Paris SG, premier match disputé devant du public, Mme Maracineanu avait évoqué "une clause de revoyure à la mi-juillet" pour étudier la possibilité de rehausser la jauge de spectateurs admis dans les stades. Par ailleurs, lors d'une conférence de presse après le match amical joué par Lille à Mouscron, l'entraîneur lillois Christophe Galtier, dont trois joueurs viennent d'être testés positifs au coronavirus, a appelé l'Etat français à "être ferme. Chez nous, il ne faut pas préconiser, il faut interdire", a-t-il estimé. "Si on continue comme ça, on ne pourra pas éviter une deuxième vague et ce sera compliqué pour tout le monde. Il faut être plus ferme dans les prises de décision, et (il faut) une plus grande responsabilité individuelle pour respecter les gestes barrière", a suggéré Galtier. (Belga)