L'effondrement de la demande de transport aérien en raison de la pandémie de coronavirus a déjà coûté à l'aéroport londonien d'Heathrow plus d'un milliard de livres (plus de 1,1 milliard d'euros) depuis mars, a annoncé mercredi l'aéroport le plus fréquenté d'Europe. En août, le nombre de passagers y passant était encore inférieur de 82% à celui d'il y a un an, et aucune amélioration rapide n'est en vue, y déplore-t-on. La direction de l'aéroport négocie avec les syndicats depuis plus de quatre mois afin de réaliser des économies, notamment sur les salaires, mais sans résultat jusqu'à présent. Elle prévient qu'elle ne peut pas continuer à attendre. "Nous devons agir maintenant pour éviter que la situation n'empire", prévient-elle. Si les pourparlers devaient ne pas aboutir, plus de 1.000 emplois seraient menacés, selon les médias britanniques. Quelque 600 postes de travail ont déjà été supprimés à Gatwick, le deuxième aéroport de Londres, en raison de la crise actuelle. (Belga)