Le gouvernement wallon a décidé de geler toutes les taxes régionales liées aux commerces au prorata du nombre de jours de fermeture imposé par les autorités pour faire face à la crise du coronavirus, a indiqué samedi le ministre wallon de l'Économie, Willy Borsus (MR), au terme de plusieurs rencontres, avec les partenaires sociaux (patronat et syndicats) mais aussi avec des représentants des secteurs particulièrement touchés, dont l'horeca et le tourisme. L'exécutif régional se prononcera par ailleurs, dans les jours qui viennent, sur la manière dont il affectera les 100 millions d'euros injectés dans son fonds de crise. "Il s'agit de bien calibrer cette répartition des montants. Soit nous nous dirigeons vers un système forfaitaire où chacun reçoit la même chose; soit nous octroyons un forfait par catégorie, en tenant compte de différents facteurs comme le nombre de travailleurs", a expliqué le ministre Borsus. "Notre objectif, c'est d'être très rigoureux dans notre méthode de travail, en rencontrant les différents secteurs impactés, mais aussi d'aller vite, car les inquiétudes et les besoins financiers des entreprises et des indépendants sont là", a-t-il poursuivi. Le numéro 1890, porte d'entrée régionale unique d'information et d'orientation pour les entrepreneurs wallons étendu depuis le début du mois de mars aux questions sur le coronavirus, a ainsi reçu quelque 650 appels hier/vendredi et un appel par minute ce samedi matin. Il restera ouvert tout le week-end pour répondre aux questions des entrepreneurs, a rappelé Willy Borsus. Au cours des réunions de samedi, "nous avons également entendu toute une série de questions sur l'adaptation des différentes réglementations, en matière de chômage économique notamment, à la situation actuelle. Nous les porterons au Fédéral", lorsque c'est ce dernier qui est compétent, a poursuivi le ministre. Dimanche, enfin, le gouvernement régional doit encore rencontrer des responsables du secteur bancaire, "à qui nous demanderons de répondre favorablement aux demandes d'étalement de remboursement venant des entrepreneurs", a encore indiqué M. Borsus. "Avec mes collègues, nous sommes totalement mobilisés pour tenter d'éviter d'ajouter des catastrophes économiques à la crise sanitaire que nous traversons", a-t-il conclu. (Belga)