Thierry De Bournonville, bourgmestre de Stavelot, a pris jeudi un arrêté de police afin de faire fermer les gîtes, chambres et maisons d'hôtes jusqu'au 5 avril, fustigeant au passage l'attitude des touristes néerlandais qui met à mal les mesures prises par le gouvernement fédéral afin d'enrayer la propagation du COVID-19. Cette décision a été prise en concertation avec les bourgmestres des communes de Malmedy, Trois-Ponts, Waimes et Stoumont.L'arrêté de police stavelotain est clair. Le gouvernement des Pays-Bas est le seul visé par cette décision drastique en raison de l'absence de confinement de la population néerlandaise actuellement très présente dans les Hautes-Fagnes et en Ardenne. Pour Thierry De Bournonville, cette absence de confinement risque de compromettre complètement la stratégie mise en place par le gouvernement belge. Les bourgmestres du sud de l'arrondissement de Verviers estiment qu'une présence aussi importante participe à la propagation du virus. Le bourgmestre de Stavelot, au même titre que ses collègues, soulève aussi des "cas d'incivisme constatés dans des magasins", rapportant également l'intervention de la police locale sur l'ensemble de la zone afin de faire respecter les mesures prises ces derniers jours par le gouvernement belge. La mesure pourrait être prolongée après le 5 avril, Waimes ayant estimé pour sa part qu'une telle interdiction devait survenir jusqu'au 20 avril, au lendemain des vacances de Pâques. Cette mesure devrait prochainement s'étendre aux campings et être harmonisée au niveau wallon. (Belga)