L'absence de concerts, d'expositions ou de représentations théâtrales au Beursschouwburg a décidé le centre culturel bruxellois à transformer ses espaces pour accueillir les sans-abri, à l'instar de ce qui avait déjà été fait lors de la première vague de coronavirus et les fermetures de différents secteurs.Les locaux du centre d'accueil de l'ASBL Hobo sont actuellement trop petits en raison de la forte demande. Or, il y a de la place au Beursschouwburg. Du lundi au vendredi, le centre culturel ouvre désormais ses portes pour permettre aux sans-abri de profiter d'une boisson chaude, d'une visite aux toilettes ou pour recharger leur téléphone. Une assistance administrative et sociale est également présente ainsi que des conseils en matière d'emploi, avec une salle de repos et un espace avec accès à des ordinateurs et à internet. La fracture numérique devient un véritable problème pour les sans-abri, note Daan Vinck, coordinateur chez Hobo. "En raison de la crise du coronavirus, la numérisation s'est accélérée. Il y a beaucoup de gens qui veulent prendre rendez-vous avec leur commune, mais cela ne peut se faire qu'en ligne. C'est également le cas des services médicaux, des banques et d'autres services sociaux." (Belga)