Visages recouverts de masques de protection et mains gantées, le nouveau gouvernement slovaque a prêté serment samedi, devant la présidente du pays touché comme tous les pays européens par la pandémie du coronavirus Covid-19. La lutte contre ce virus et la corruption endémique doivent être prioritaires pour ce gouvernement de la coalition quadripartite de centre-droit du Premier ministre Igor Matovic. Les élections du mois dernier ont écarté du pouvoir la coalition emmenée par le parti populiste de gauche Smer-SD, affaibli à la suite du meurtre en 2018 du journaliste d'investigation Jan Kuciak qui avait enquêté sur la corruption dans son pays. "Vous ne prenez pas le pouvoir", a déclaré aux nouveaux ministres la présidente Zuzana Caputova, soulignant qu'ils "prenaient surtout la responsabilité de ce pays et de ses citoyens". Matovic, 47 ans, à la tête du mouvement OLaNO, ancien magnat des médias et de l'immobilier, a promis que son équipe serait "un gouvernement qui gouvernera avec et pour le peuple". Sa coalition dispose de 95 sièges au Parlement de 150 députés, une solide majorité permettant de modifier la Constitution. Des libéraux et des conservateurs ont rejoint OLaNO dans la coalition, ainsi que le parti controversé de droite Sme Rodina, dirigé par Boris Kollar, un autre homme d'affaires devenu politicien. Eurosceptique modéré, connu pour des prises de positions anti-migrants, Kollar a déjà rencontré des dirigeants européens d'extrême droite, dont Matteo Salvini, en Italie et Marine Le Pen en France. Une interdiction de voyager dans l'UE à cause de l'épidémie a empêché Ivan Korcok, le nouveau ministre des Affaires étrangères et jusqu'à présent ambassadeur aux Etats-Unis, d'assister à la cérémonie. Les députés slovaques ont aussi porté des masques et des gants lors de leur première session parlementaire vendredi. Pays de la zone euro fort de 5,4 millions d'habitants, la Slovaquie faisait état samedi de 178 cas confirmés de nouveau coronavirus, sans aucun cas mortel. (Belga)