Réuni en séance plénière, le Parlement de Wallonie a définitivement adopté, mercredi soir, les 236 recommandations retenues par la majorité PS-MR-Ecolo et le cdH à l'issue des travaux de la commission spéciale covid de l'assemblée régionale.Seul le PTB s'est abstenu, pointant notamment l'insuffisance des recommandations en matière de suivi de contacts. "Il n'y a rien sur l'organisation d'un tracing totalement public et non géré par des grandes entreprises de call-center, rien sur un suivi des contacts local et proche des gens", a ainsi regretté le chef de groupe de l'extrême gauche au parlement wallon, Germain Mugemangango. Egalement sur les bancs de l'opposition, le cdH, lui, s'est rallié à la majorité et a soutenu le texte. "Face à la gravité de la situation sanitaire, nous avons fait le choix de la responsabilité en dépassant la logique partisane. Instrumentaliser la commission, pointer des responsabilités individuelles, ça n'aurait fait qu'ajouter de la souffrance à la souffrance", a justifié le député humaniste Benoît Dispa. Pour autant, "il ne s'agit pas de dédouaner qui que ce soit. Nous posons un constat d'échec dont la responsabilité est collective", a-t-il ajouté en appelant toutefois à "s'atteler, désormais, à l'essentiel: implémenter les recommandations pour éviter qu'une telle situation se reproduise". "Le texte de la commission constitue une boussole, une feuille de route qui s'apparente presque à une nouvelle déclaration de politique régionale. Nous devrons faire preuve d'une vigilance accrue pour que cet ensemble de recommandations soient suivies d'effets", a poursuivi le député régional cdH. "Nous sommes déterminés à suivre pas à pas tout ce qui sera entrepris dans cette matière et nous conserverons notre force de proposition voire de critique", a-t-il enfin averti. (Belga)