Le Portugal, en état d'urgence depuis jeudi, a demandé à ses habitants de rester chez eux et a fermé les commerces non essentiels pour éviter la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé jeudi le Premier ministre. "Le devoir appelle à rester à la maison", sauf si l'on doit se déplacer pour des raisons professionnelles impératives, pour s'occuper de proches ou pour des sorties individuelles de courte durée, a indiqué Antonio Costa devant la presse. Seules les personnes porteuses du coronavirus ou soupçonnées de l'être sont soumises à "un confinement obligatoire", a ajouté M. Costa qui a précisé que l'application de ces mesures serait régulièrement réévaluée. Le Premier ministre portugais a également annoncé la fermeture des commerces à l'exception "des services essentiels à la vie des personnes" comme les supermarchés ou les pharmacies, tandis que les services publics devront privilégier les contacts par téléphone ou en ligne. Dans le secteur de l'hôtellerie, les restaurants pourront ouvrir uniquement pour vendre des plats à emporter ou effectuer des livraisons à domicile. "Ces mesures ont pour objectif de contenir la pandémie tout en essayant d'en limiter l'impact sur la vie des personnes", a expliqué le chef du gouvernement. Ces mesures interviennent après l'annonce la veille de l'état d'urgence jusqu'au 2 avril. M. Costa a déjà prévenu qu'il pourrait durer des mois. Cette mesure inédite, décidée par le président conservateur portugais Marcelo Rebelo de Sousa, permet au gouvernement de restreindre les libertés individuelles, telles que la libre circulation ou de réquisitionner tout type de biens. La semaine dernière, le gouvernement avait déjà fermé les écoles ou les frontières avec l'Espagne pour les touristes afin de tenter de freiner l'épidémie. Selon le dernier bilan officiel, le nouveau coronavirus a fait trois morts au Portugal, où l'on recensait jeudi 785 cas confirmés. (Belga)