Les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt-sept ont donné jeudi à l'Eurogroupe, les ministres des Finances de la zone euro, deux semaines pour présenter des propositions sur la manière d'aborder la réponse financière et économique à la crise du coronavirus.Le recours au Mécanisme européen de stabilité (MES), que l'Italie rejetait, ne figure pas dans les conclusions, pas davantage qu'un instrument de type obligation européenne qui mutualiserait de la dette publique. La Commission et le Conseil ont également reçu un mandat pour proposer une feuille de route et une stratégie de retour à une situation normale, selon le président du Conseil Charles Michel. L'Italie et l'Espagne avaient menacé de bloquer le sommet, jugeant que le texte sur la table n'allait pas assez loin. (Belga)