Les exploitants de grandes surfaces ne seront pas tenus en fin de compte de se tourner vers des agents de sécurité pour assurer le contrôle des entrées de leurs magasins. Le personnel du magasin pourra superviser ce contrôle, assure le cabinet de la ministre des Affaires intérieures, Annelies Verlinden (CD&V).Un extrait d'un texte dans la section informative sous forme de question-réponse sur un site gouvernemental au sujet des mesures relatives à la pandémie de coronavirus avait suscité de l'inquiétude chez les commerçants. Les exploitants de magasins de plus de 400 mètres semblaient devoir se tourner vers des sociétés de gardiennage pour le contrôle de leurs entrées. L'organisation patronale flamande Unizo jugeait cela incompréhensible, vu les coûts supplémentaires que cela suppose. Le cabinet de la ministre Verlinden va toutefois amender le texte en question. Les employés des magasins peuvent bien être chargés de contrôler les entrées, et peuvent eux-mêmes veiller à la désinfection des chariots et informer au sujet de l'obligation du port du masque. Toutefois pour refuser l'accès au magasin, les exploitants doivent bien se tourner vers une société spécialisée en gardiennage. En l'absence d'un tel agent, le personnel du magasin peut aussi contacter la police en cas de problèmes avec des clients. Danny Van Assche, directeur de l'Unizo, évoque une "importante victoire de la raison" et remercie la ministre Verlinden. (Belga)