La CNE-ACV, la CGSLB-ACLVB et le SETCA-BBTK s'interrogent, dans un communiqué, sur la gestion de la crise sanitaire au sein de Worldline Belgique. L'entreprise active dans le secteur du paiement électronique est reconnue comme essentielle au fonctionnement de l'économie. Elle a continué ses activités tout en faisant le choix du chômage partiel pour une partie du personnel. Les syndicats, qui indiquent que le groupe dispose de réserves financières importantes, auraient voulu que Worldline ne puise pas dans l'argent public. Ils indiquent avoir dénoncé la situation auprès des organismes officiels.En front commun, les syndicats soulignent, en s'appuyant sur les déclarations des responsables financiers de Worldline, que les résultats cumulés pour 2019 sont de 417 millions d'euros pour Worldline Belgique et 61 millions d'euros pour EquensWorldline Belgique. Ils posent dès lors la question de la responsabilité sociétale de l'entreprise et précisent avoir dénoncé les choix du groupe auprès des organismes officiels. "Avec de tels niveaux de réserves financières, on aurait pu s'attendre à ce que Worldline Belgique et EquensWorldline Belgique aient la décence de ne pas puiser dans la sécurité sociale belge au travers de mesures de chômage partiel. En front commun, les organisations syndicales sont d'avis que cet argent doit rester disponible pour aider les PME et des indépendants menacés de faillite ainsi que pour assurer le financement des soins de santé", indique le communiqué du front commun syndical. Dans un communiqué de presse du 23 avril consacré à son premier trimestre 2020, le groupe Worldline explique s'être mobilisé partout en Europe pour soutenir les commerçants lors de la crise du Covid-19, notamment en contribuant à augmenter les limites du paiement sans contact dans plusieurs pays dont la Belgique. Le groupe indique également avoir pris des actions fortes pour adapter ses coûts aux conséquences de la crise, avec par exemple un gel des recrutements, un report des augmentations de salaire et l'adaptation de certains contrats avec les grands fournisseurs. (Belga)