La grève spontanée d'une partie des chauffeurs de bus de la Stib, lundi, n'a infléchi ni la position des syndicats, ni celle de la direction sur les mesures de sécurité à appliquer dans les transports en commun bruxellois. Les grévistes, dont l'action n'était pas couverte par les syndicats, exigeaient des dispositions plus strictes, alors que l'offre des transports doit augmenter à mesure du déconfinement. Des perturbations restent possibles mardi.Les syndicats et la direction de la Stib se sont entendus sur les mesures de sécurité à respecter dans les transports publics. "Un accord a été approuvé le 30 avril. Il tient compte du renforcement progressif de l'offre jusqu'à sa reprise complète prévue le 18 mai, ainsi que de l'organisation et des mesures de sécurité à appliquer", a indiqué la porte-parole de la Stib, An Van hamme. Près de la moitié des lignes de bus étaient perturbées lundi matin. Les chauffeurs réclamaient davantage de contrôle sur le port du masque, une limitation de passagers admis par véhicule et une cloison protégeant leur cabine. (Belga)