Réuni longuement jeudi, le gouvernement bruxellois s'est accordé sur de nouvelles mesures dont une commande centralisée de masques en tissu et des mesures de soutien aux secteurs les plus touchés suite aux mesures d'urgence adoptées pour faire face à la pandémie de Covid-19.En plus de centraliser les commandes d'équipements pour l'action sociale et le secteur de la santé, Iriscare centralisera également les besoins des autres acteurs institutionnels bruxellois qui ont besoin d'équipements médicaux. Elle passera des commandes via les marchés lancés par le gouvernement fédéral, mais passera également des commandes via les fournisseurs et les canaux identifiés par hub.brussels. Le gouvernement bruxellois a déjà soutenu le lancement de la production de masques buccaux faits à la main par un consortium d'entreprises bruxelloises. Au-delà de ce projet, il veillera à ce que chaque citoyen bruxellois reçoive au moins un masque en tissu réutilisable, dans le cas où le Conseil national de sécurité recommanderait le port de masques par la population, ont indiqué les ministres bruxellois, à l'issue de leur réunion. Cette mission sera confiée à Bruxelles Prévention et Sécurité. Il sera tenu compte, dans la mesure du possible de la mise à l'emploi des demandeurs d'emploi issus de la Région bruxelloise et des critères de production (secteur d'économie sociale ou secteur «entreprise de travail adapté») pour réaliser les masques. Par ailleurs, pour soutenir le secteur et les travailleurs des titres-services, le gouvernement bruxellois a approuvé en dernière lecture un arrêté de pouvoirs spéciaux octroyant une prime unique de 4.000 pour les entreprises de titres-services qui ont arrêté leurs activités; une prime complémentaire au chômage temporaire de 2,5€ brut/heure pour les aide-ménagères; et une intervention régionale majorée de 2€ pour soutenir les entreprises et leurs travailleurs qui continuent d'exercer et d'offrir un service aux personnes les plus dépendantes. D'autres dispositions en matière d'emploi ont également été prises afin de ne pas pénaliser les bénéficiaires d'aides dans le cadre d'un plan d'embauche qui ont vu leur activité professionnelle suspendue suite aux mesures d'urgence. Parmi les plus importantes, on citera la prolongation de l'aide activa.brussels lorsque le travailleur a été mis en chômage temporaire; la prolongation de trois mois de l'accompagnement dispensé par les coopératives d'activités dans le cadre d'un projet entrepreneurial; la possibilité de refaire un nouveau stage First -premier stage en entreprise- si celui-ci s'est arrêté à cause de la crise; la prolongation de trois mois de la durée de validité des titres-services et des chèques ALE. (Belga)