Prévue dimanche 17 mai au cimetière militaire français de Chastre, la commémoration du 80e anniversaire de la bataille de Gembloux-Chastre ne pourra pas être organisée à cause de l'épidémie. Les 14 et 15 mai 1950, la bataille de Gembloux-Chastre a vu des soldats belges et français, dont certains venaient d'Algérie, de Tunisie, du Sénégal et du Maroc, ralentir la progression des troupes allemandes au prix de lourdes pertes. Les discours prévus ont cependant été rendus publics, pour marquer l'événement et prolonger le souvenir de ceux qui ont sacrifié leur vie pour la liberté."Loin de chez eux, animés d'un même sens du devoir, si nombreux furent nos frères d'Afrique, notamment du Maroc, mais aussi de Tunisie, d'Algérie et d'ailleurs, à tomber sur ces terres wallonnes qui, désormais, accueillent leur sépulture. Chaque fois, l'émotion est grande de célébrer de concert - sans aucune distinction de couleur ou de religion - la Mémoire de nos frères et les valeurs insignes qui, pour toujours, exaltent leur geste héroïque. Ce geste, empreint de solidarité et nourri par la confiance en l'autre, nous l'avons reçu en héritage", écrit le ministre d'Etat brabançon wallon André Flahaut. L'ambassadrice de France en Belgique, Hélène Farnaut-Defromont, indique pour sa part que la menace finit toujours par resserrer les rangs de ceux qui la subissent et doit en venir à raffermir les liens de la solidarité. "Hier, face à la tentative hégémonique nazie, aujourd'hui face à un ennemi tout autre, un virus, dont l'expansion est rapidement devenue mondiale. Face à cette crise sanitaire, d'une ampleur inédite, la tentation isolationniste a finalement cédé le pas à davantage de coopération internationale, intra-européenne, mais aussi avec le continent africain, auquel nous sommes liés par l'Histoire, et aujourd'hui à travers nos engagements conjoints en opération au Sahel. Chastre témoigne admirablement de cette communauté de destin", précise l'ambassadrice. Quant à l'ambassadeur du Maroc en Belgique et au Luxembourg, Mohamed Ameur, il souligne lui aussi l'engagement de ceux qui ont combattu côte à côte, sans distinction d'origine, de race ou de religion, dans un esprit de solidarité et de respect mutuel, contre l'ennemi commun. "Les valeurs de solidarité et d'amitié qui animaient ces valeureux soldats constituent, plus que jamais, un exemple à suivre pour surmonter cette crise", affirme-t-il. (Belga)