Le vice-président américain Mike Pence, dont une proche collaboratrice a été testée positive au coronavirus, a décidé de garder ses distances avec Donald Trump "pour quelques jours", a indiqué mardi la Maison Blanche. Le nouveau coronavirus a fait officiellement son apparition la semaine dernière dans l'épicentre du pouvoir exécutif américain: Katie Miller, porte-parole de Mike Pence, a été testée positive, comme un militaire au service du président également. "Le vice-président a fait le choix de garder ses distances pour quelques jours", a déclaré Kayleigh McEnany, porte-parole de l'exécutif américain. "C'est sa décision personnelle", a-t-elle insisté. Interrogée sur la raison pour laquelle elle ne portait pas de masque durant son briefing dans la salle de presse de la Maison Blanche, elle a souligné qu'elle se tenait à une distance suffisante des journalistes. "J'ai été testée négative aujourd'hui (mardi) et hier (lundi)", a-t-elle ajouté. Trois membres de la cellule de crise sur le coronavirus, qui est dirigée par M. Pence, se sont placés par précaution en auto-isolement: Anthony Fauci, l'épidémiologiste mondialement reconnu qui conseille Donald Trump, Robert Redfield, directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), et Stephen Hahn, patron de l'agence des médicaments (FDA). (Belga)