Les hôpitaux d'Arequipa, la deuxième ville du Pérou, sont débordés par la pandémie de coronavirus: ils manquent de lits et d'oxygène, et des patients attendent aux abords des établissements dans l'espoir d'être soignés.La gravité de la situation a amené jeudi le gouvernement de Lima à prendre le contrôle des hôpitaux de cette grande ville du sud du Pérou, qui sont habituellement gérés par les autorités régionales. Depuis l'arrivée de la pandémie au Pérou, Arequipa avait été relativement épargnée. Mais ce n'est plus le cas. "Arequipa a été caractérisée par un silence épidémiologique de trois mois, mais à partir du troisième mois, quand on a commencé à relancer l'économie, l'absence de rigueur sur le lieu de travail a fait que la courbe épidémiologique est montée en flèche", a déclaré à la radio RPP, Richard Hernandez, directeur de l'hôpital Honorio Delgado, un des établissements d'Arequipa. Les médias locaux ont rapporté que des patients atteints du Covid-19 dormaient sous des tentes installées près des hôpitaux et que d'autres passaient la nuit dans leurs voitures garées à proximité, dans l'espoir d'obtenir un lit et d'être soignés. De plus, le manque de personnel médical aggrave la crise sanitaire. Devant cette situation, le gouvernement a adopté un décret qui autorise le ministère de la Santé à prendre le contrôle des hôpitaux d'Arequipa. Le président péruvien Martin Vizcarra a assuré que le gouvernement avait l'intention de ramener la situation à la normale dans les meilleurs délais. (Belga)